On n’est jamais à l’abri du danger, sachant qu’il peut surgir de n’importe où sans que l’on s’y attende, ce qui fait qu’il est nécessaire d’avoir une solution de repli, en cas de tragédie. Cependant, sachant que l’on a le choix entre l’assurance décès et la prévoyance, il nous est difficile de trancher pour laquelle opter.

Déterminer d’abord ce qu’est l’assurance décès

Contrairement à ce que certains peuvent penser, assurance décès et assurance vie sont deux pratiques tout à fait différentes, bien qu’il y ait des similitudes. L’assurance vie est une forme d’épargne gelé, dont la totalité se verra restituer à un membre de votre famille lors de votre décès. Pour sa part, l’assurance décès s’est emparée du mode de fonctionnement de l’assurance vie, pour l’adapter à sa sauce. En effet, au lieu de restituer en une seule fois la totalité de la cotisation du défunt, l’assurance décès se charge de verser des mensualités aux héritiers. Cette situation peut être d’une grande aide pour ceux qui ont du mal à finir le mois, et sa durée peut être indéterminée, en fonction du contrat signé. Toutefois, vous remarquerez aussi en vous rendant ici que l’assurance décès se divise en deux parties, entre l’assurance vie entière et l’assurance décès temporaire.

Puis, comprenez ce qu’est le contrat de prévoyance décès

On comprend qu’en voyant les avantages que l’on peut tirer de l’assurance décès, nombreux sont ceux qui se sont décidés sur le coup, sans attendre ce que la prévoyance décès a à offrir. Et pourtant, en termes de prévoyance, il faut dire qu’elle porte bien son nom, car vouloir épargner pour ses vieux jours est une idée géniale, je vous l’accorde, mais que feriez vous en cas de problèmes. Par problème, on ne prend pas seulement en compte le décès, mais aussi les risques d’invalidités ou de perte totale d’aptitude. Pour le cas du décès, le compte épargne suffit, certes, mais en cas d’invalidité, il est clair que votre finance familiale en prend un sacré coup, et risque d’avoir de sérieuses difficultés à s’en remettre. C’est pour éviter une peine pareille que le contrat d’assurance de prévoyance décès a été élaboré, permettant ainsi aux héritiers du défunt de pouvoir se relever dignement. D’autant plus que le délai de couverture minimum après un décès est fixé à 3 ans, ce qui devrait être amplement suffisant pour une famille de trouver un moyen de stabiliser ses finances.

Vous voyez maintenant la différence ?

Après avoir lu ces quelques lignes, vous devriez déjà être en mesure de constater par vous-même que l’une comme l’autre, l’assurance décès et la prévoyance décès se défendent. Toutefois, le choix ne dépend que de chacun, et du type d’assurance qu’il a conclu avec son employeur. Néanmoins, vous pouvez toujours vous faire assurer en privée, tout en jouissant de vos droits de salariés, sachant que la SECU ne couvre qu’un pourcentage de vos frais. Il est clair que le but de l’assurance décès est de venir en soutient du reste de la famille encore vivante, mais on ne peut pas aussi en dire autrement de la prévoyance décès. Cependant, ce n’est pas non plus un sujet qui se discute en famille, étant donné que l’on n’a jamais envie de plomber l’ambiance pour parler de sa propre mort et de ce qui se passerait ensuite. De ce fait, le meilleur conseil que vous devriez suivre, est celui délivré par les sites comparateurs, sachant que ce sont ceux qui seront apte à vous éclairer sur le meilleur assureur à opter.

Envisager ce qui se passera après sa mort n’est pas toujours plaisant, et pourtant, il faut y penser, surtout, une fois que l’on a décidé de franchir le cap et de fonder une famille.